Actus de l’action

Que dit le Collège à propos d’un Plan pour le climat et la biodiversité à VlV ?

Entre promesse d’un Plan Stratégique Transversal incluant la question climatique et refus de participation citoyenne, beaucoup de choses sont sur la table. Qu’en penser ?

Vous vous en rappellerez sûrement, Villers pour le climat avait soutenu l’interpellation citoyenne qui a eu lieu lors du Conseil communal du 3 avril 2019 pour savoir où en était notre commune  à propos d’un Plan pour le climat et la biodiversité. Le rapport étant enfin disponible, nous avons analysé en détails les réponses aux 7 questions (1) que nous avions posées. En synthèse, nous retenons ceci :

A titre positif :

  1. Le fait de déposer l’interpellation a eu comme effet positif d’inciter la majorité à avancer sur divers points qui pourraient être utiles pour notre avenir commun, comme la signature de la Convention des Maires pour le climat et la convention d’adhésion à Renowatt. Nous suivrons bien sûr ces dossiers de près car signature ne veut pas dire concrétisation. Ainsi, pour donner un exemple, il faut savoir que la Convention des Maires  pour le climat ne débouche sur un plan climat que deux ans après sa signature. Comme rien n’a été fait lors de la dernière mandature, c’est seulement maintenant que les études vont commencer. Mais on s’en réjouit.
  2. Plus qu’un plan pour le climat et la biodiversité, le Collège nous promet le top du top que serait un Plan stratégique Transversal. Il ne dit rien du délai mais annonce que le climat y sera bien repris. On se réjouit de voir tout cela de près d’autant que des méthodes d’évaluation y sont intrinsèquement organisées.

A titre négatif :

  1. La commune est totalement réfractaire à la participation citoyenne. Le potentiel plan pour le Climat et la biodiversité ne sera donc pas préparé et à fortiori pas débattu avec les citoyens. Il n’y aura pas de Commission consultative pour l’accompagner.  Pour nous, c’est une grave erreur. Nous continuerons donc à y travailler car nous sommes convaincus qu’on y arrivera ensemble ou qu’on n’y arrivera pas.
  2. La vision environnementaliste de la commune est pour nous une vision dépassée qui a montré ses limites. Ainsi, par exemple, elle estime que le développement technologique amènera des solutions suffisantes. Problème : toutes les analyses des spécialistes convergent et montrent le contraire. Il suffit d’aller voir les recommandations du GIEC ou d’Inter-Environnement Wallonie, ou encore de jeter un regard dans le rétroviseur pour s’en rendre compte. La voie mise en avant par la majorité visant à « rencontrer les objectifs climatiques tout en soutenant le pouvoir d’achat, les investissements, le travail et le développement économique », est celle qui est tentée depuis 30 ans, sans succès. Les faits sont têtus : les dérèglements environnementaux augmentent, tout comme l’appauvrissement d’une part plus importante de la population.

Notre conclusion provisoire :

  1. L’avenir dépendra de la mobilisation citoyenne. Celle-ci est de plus en plus vivace à VLV avec de beaux projets, certes toujours dans le petit, mais en extension régulière et démocratiques. Nous encourageons chacun à les soutenir notamment à travers Villers en transition. Il y a là non seulement expérimentation sur le terrain des alternatives nécessaires pour construire un nouveau rapport au réel, mais encore, construction des outils de résilience dont nous aurons besoin pour faire face solidairement à l’avenir difficile qui nous attend.
  2. Nous devons arriver à dépasser les clivages partisans particulièrement vivaces chez nous sans pour autant édulcorer la réalité et les débats à tenir. En ce qui nous concerne, c’est dans cette voie que nous travaillons.

Voilà ce que nous pouvons dire rapidement. Si vous voulez en savoir plus, vous trouverez en annexe notre analyse complète ainsi que le rapport officiel de l’intervention. A propos du rapport, pour être précis, nous avons été contraints d’y apporter un correctif important, vu que la dernière réplique ne correspond pas à ce qui a été dit lors de l’interpellation (2).

Pour aller plus loin :

Texte complet de l’analyse.

Rapport officiel de l’interpellation.

Compte-rendu du conseil communal du 03/04/2019.

On se retrouve bientôt pour d’autres actions.


(1) Les 7 questions

  1. Notre commune va-t-elle s’engager résolument dans des politiques transversales pour le climat et la biodiversité ?
  2. Dans ce cadre, un PLAN POUR LE CLIMAT et LA BIODIVERSITE va-t-il être établi ? Si oui, dans quel délai et avec quelle participation citoyenne ?
  3. Ce PLAN contiendra-t-il bien un point de départ : à savoir d’une évaluation correcte de là où nous en sommes en matière de production CO2 et dans quel secteur ? Nous vous avons déjà indiqué que la Région wallonne a créé divers outils pour vous permettre de le faire. Allez-vous vous en emparer ? Dans quel délai ?
  4. Ce PLAN sera-t-il débattu avec la population ? De quelle manière ?
  5. Une commission consultative pour le climat et la biodiversité sera-t-elle créée ? Dans quel délai ? Avec quelle représentation citoyenne ?
  6. Vous avez désigné une échevine de la citoyenneté et une échevine du climat. Mais avec quelles fonctions et moyens au vu des enjeux ? Pouvez-vous nous apporter des précisions ? Nous n’avons rien trouvé dans le budget communal.
  7. A propos de l’échevine du climat ? Comment voyez-vous son rôle ? Dispose-t-elle de compétences transversales nouvelles par rapport à la dernière mandature où elle était échevine de l’environnement ? Par exemple, aura-t-elle la faculté de s’opposer à un investissement qui irait à l’encontre de l’exigence climatique ?
(2) Réplique attribuée  dans le rapport : « Madame Gilkinet remercie le collège communal pour la réponse fournie et les éclaircissements apportés et demande à ce que les citoyens soient davantage informés et impliqués ».

Réplique effective de M. Gilkinet lors de l’interpellation : « Je voulais vous poser la question parce que très nettement vous jouer à cache-cache avec les informations. Au moins maintenant, on a un certain nombre d’informations. Je veux attirer l’attention sur quelques points :

–              Le point de départ, c’est de savoir où on en est en terme de production de CO2 dans la commune.

–              L’obligation de réduction en quelques années de 40% impactera évidemment le travail à réaliser. Non seulement pour le toit des églises, non seulement dans les écoles, non seulement sur les routes, etc. mais cela impactera encore beaucoup plus d’autres choses.

–              Je voudrais encore demander et ré encourager à ce que vous impliquiez les citoyens dans ces actions. Je trouve absolument regrettable d’avoir dû aller à la pêche aux informations comme j’ai été obligée de le faire pour avoir une vision d’ensemble alors que devant le défi devant lequel nous sommes, tout cela devrait être sur la table et discuté avec les citoyens beaucoup plus souvent.

–              Enfin, quand vous dites que je ne suis pas là lorsque les informations sont données, franchement, je trouve que vous devriez vous payer une paire de lunette car je suis là à chaque Conseil communal depuis le début de la mandature. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *